Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 10:03

L'on sait que le droit commun du licenciement n'exige de l'employeur aucune célérité particulière, sauf en matière disciplinaire.

 

Ainsi, ce n'est que si l'employeur entend licencier pour un fait fautif qu'il doit adresser la lettre de licenciement au salarié dans un délai maximum de 30 jours. Au-delà l'employeur perd la possibilité d'utiliser le motif de licenciement envisagé et s'il transgresse ce principe, le licenciement est irrémédiablement dépourvu de cause réelle et sérieuse (jurisprudence constante). 

 

Cette règle s'applique t'elle à un délai de même nature prévu par accord collectif ?

 

Par cet arrêt du 27 mars 2013 (n°11-20737 PB), la Cour de cassation répond par l'affirmative.

 

L’article IV-2-1 de la CCN des entreprises d’architecture du 27 février 2003 prévoit que tout licenciement doit être notifie au salarié, dans un délai maximum de dix jours francs.

 

L’inobservation de ce délai, qui constitue une garantie de fond, prive le licenciement de cause réelle et sérieuse.

 

Nous conseillerons donc, une nouvelle fois, au salarié à bien connaître leur convention collective et à en examiner particulièrement les dispositions relatives aux procédures disciplinaires et de licenciement.

Partager cet article

Repost 0
Published by SNPF - dans Juridique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de SNPF Formation -
  • Le blog de SNPF Formation -
  • : Ce blog est un espace d’expression du Syndicat National des Personnels de la Formation Privée .
  • Contact

Recherche

Archives

Pages